nl | fr | en

Écrivain globe-trotter

 

Né avec du sable entre les orteils

Bob Van Laerhoven est né le 8 août 1953 sur les terres sablonneuses de la Campine anversoise. Un pays de gens rustres et têtus, selon le cliché. Sont-ce ces qualités qui l’ont poussé à écrire dès son jeune âge ? D’aucuns ont rangé ses nouvelles de le genre de la science-fiction, un terme que Van Laerhoven a en horreur : il préfère parler de social fiction. Certaines d’entre elles ont été traduites en anglais, en français, en allemand, en espagnol ou encore en slovène.

 

Débuts en littérature

En 1985, son premier roman voit le jour sous le titre Nachtspel (Jeu nocturne). L’auteur révèle d’entrée un style « non flamand » : il privilégie des histoires kaléidoscopiques hautes en couleur en rattachant le sort de l’individu aux grands changements sociaux. Une approche qui connaît une lente évolution dans les romans suivants, lesquels mettent en avant des thématiques plus personnelles sans qu’elles soient pour autant disjointes du vaste monde. Cette aisance à aborder des sujets internationaux est devenue sa marque de fabrique.

 

Voyageur invétéré

Depuis 1991, Bob Van Laerhoven se consacre à temps plein à l’écriture. Il tire le contexte de ses romans de ses expériences et non de la pure imagination. Entre le début des années 1990 et 2005, il s’est ainsi rendu, en tant qu’auteur freelance, dans plusieurs régions du monde livrées à des conflits ou en proie à maintes difficultés. Des séjours qui se sont traduits par des récits de voyage et dont on trouve également divers échos dans des œuvres de fiction. La Somalie, le Liberia, le Soudan, la bande de Gaza, l’Iran, l’Irak, la Birmanie ne sont que quelques-uns des pays où il s’est rendu.

 

Massacres

En 1992, en pleine guerre de Bosnie, Van Laerhoven est à Sarajevo alors que la ville est assiégée. Trois ans plus tard, il se trouve dans la ville bosniaque de Tuzla, en mission pour MSF, alors que l’OTAN procède à des bombardements. C’est à ce moment qu’arrivent des réfugiés de l’enclave musulmane de Srebrenica. Il est le premier auteur des plats pays à pouvoir s’entretenir avec eux. De cette expérience, il tire le récit de voyage Srebrenica. Se basant sur des témoignages, il dénonce viols et tortures de musulmans issus de cette enclave serbe de Bosnie-Herzégovine et conclut qu’on a bien assisté à un massacre, thèse alors contestée, mais qui a depuis été avérée.

 

Œuvre aux multiples facettes

Toutes ces expériences ont concouru à l’élaboration d’une œuvre riche, Bob Laerhoven s’affirmant comme un écrivain aux talents multiples, à la fois auteur de romans, de récits de voyages, de livres pour enfants, de pièces de théâtre, de biographies, de recueils de poésie, d’essais, d’ouvrages de non fiction, de lettres, de chroniques et d’articles. Son roman La Vengeance de Baudelaire a remporté en 2007 le prix Hercule Poirot du meilleur roman flamand à suspense. La traduction française "La Vengeance de Baudelaire" est publié en France et au Canada en 2013. La traduction anglaise "Baudelaire's Revenge" est édité aux Etats-Unis en 2014. Aussi en 2014, "Le Mensonge d'Alejandro", un deuxième roman traduit en Français, est publié en France et au Canada.

 

 

 

 

facebook twitter hyves mail

Share